Connue aussi sous le nom de photographie post-mortem, la photographie funéraire est une opération qui consiste à prendre en photo des personnes récemment décédées afin de leur rendre hommage une dernière fois et afin de permettre à leur famille d’avoir des souvenirs d’elles avant qu’elles soient enterrées.
Elle faisait partie de la culture américaine et européenne au XIXème et début XXème siècle et elle est devenue de plus en plus populaire grâce à l’apparition de nouvelles technologies. Voici le point sur la photographie funéraire !

Petit aperçu de l’histoire de la photographie funéraire

Aujourd’hui, les médaillons funéraires qui ornent les tombes des cimetières rappellent l’image de l’être disparu de façon émouvante.  Avant l’invention de la photographie, le seul moyen de faire un portrait est de recourir aux services d’un peintre. Ce ne fut que dans les années 1800 que la photographie est née et que les familles puissent se servir d’un appareil photo pour prendre des photos. Du coup, elles en ont profité pour photographier leurs proches décédés avant de les inhumer. Comme cela, ils peuvent conserver au moins une photo de ces derniers et se souvenir d’eux quand ils ne seront plus là.
En 1842, des prestataires tels que l’atelier parisien Frascari, commençaient à proposer leurs services pour faire des portraits de personnes décédées à domicile et beaucoup de familles les contactaient car la photographie funéraire était en ces temps-là considérée comme des biens très précieux.
D’ailleurs, il ne faut pas oublier que durant l’ère victorienne, le taux de mortalité infantile était très élevé, donc les familles se servaient surtout de la photographie funéraire pour photographier les nourrissons et les jeunes enfants décédés.
Un peu plus tard, la carte visite fut inventée et celle-ci a permis aux familles d’avoir plusieurs portraits en leur disposition. Puis, il y a aussi l’apparition de la photographie instantanée vers la fin du XIXème siècle qui a permis à la photographie funéraire d’atteindre son pic.

La mise en scène et le style adopté pour faire une photographie post-mortem

La plupart des premières photos post-mortem étaient prises dans le but de créer une image du défunt qu’il n’avait pas pu réaliser ou avoir de son vivant. Ainsi, on le positionnait dans un endroit où il se place souvent pour qu’il ait l’air vivant et pour que son portrait soit plus réaliste.
Pour les enfants décédés par exemple, on les mettait sur un canapé ou dans un berceau à côté de ses jouets avec les yeux ouverts pour qu’ils soient bien représentés. Et on n’hésitait pas à apporter des retouches aux photos pour qu’ils soient plus authentiques.
Quelques années plus tard, on se mettait même à photographier les défunts dans un cerceuil ou dans un caveau familial mais cette pratique était moins populaire aux Etats-Unis.

(Visited 15 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *