Date Archives décembre 2021

Dry January, cela concerne aussi les filles

Vous vous demandez peut-être : qui peut participer au Dry January ? Eh bien, sachez que cette campagne s’adresse aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Si vous consommez régulièrement de l’alcool ou si vous reconnaissez que vous avez trop bu pendant les fêtes, vous pouvez vous inscrire pour le Dry January 2022.

Le Dry January devient de plus en plus populaire

Le Dry January a été imaginé pour sensibiliser les gens autour de la consommation d’alcool, ses effets néfastes et ses causes. Il a été lancé pour la première fois en Grande-Bretagne par l’ONG Alcohol Change UK en 2013 et il a déjà fait ses preuves pendant plusieurs années.
C’est en 2020 qu’il a atterri en France et très vite il est devenu très tendance. D’après les derniers rapports, plus d’un buveur d’alcool français sur 10 a participé au Dry January 2021. Et avec la crise pandémique qui est toujours d’actualité, il est sûr et certain que les chiffres vont augmenter.
Cependant, le défi du dry january peut être relevé facilement grâce au vin sans alcool qui permet des moments de convivialité même sans alcool.

Pourquoi les femmes aussi doivent s’intéresser au Dry January ?

Il est vrai que les hommes sont plus nombreux à consommer de l’alcool que les femmes, mais cela ne signifie pas que seuls les hommes peuvent être intéressés au Dry January. Les femmes, elles aussi, peuvent parfaitement relever le défi du mois de janvier sans alcool si elles trouvent qu’elles n’arrivent pas à contrôler leur consommation.
D’ailleurs, hommes et femmes peuvent profiter des effets du Dry January sur la santé. Tous les participants peuvent retrouver une vie plus saine et voir leur énergie, sommeil, peau et concentration s’améliorer. Vous pouvez même faire des économies considérables d’argent et vous pouvez perdre du poids.

Comment participer au Dry January 2022 ?

Pour participer au Dry January 2022, vous devez consulter le site dryjanuary.fr et vous devez remplir le petit formulaire disponible dans la rubrique « relever le défi ». Entre autres, vous devez indiquer votre prénom, votre nom et votre adresse e-mail et vous devez cocher les cases « J’accepte de recevoir vos newsletters et relève le défi » et « Je ne suis pas un robot » avant d’appuyer sur le bouton « S’inscrire ».
Après votre inscription, vous allez recevoir des emails qui contiennent des conseils de pros et des recettes sans alcool pouvant vous aider à tenir le mois sans alcool. Vous allez aussi connaître l’histoire des autres participants pour avoir plus de motivation et pour comprendre que vous n’êtes pas le seul à relever le défi et à devoir résister aux différentes tentations.

La répartition des tâches ménagères

Qui fait le ménage : papa ou maman ? Eh bien, la réponse est évidente ! Même si on pose cette question à un enfant, il répondra sans hésiter que c’est maman. Les tâches ménagères sont des tâches réservées aux femmes. Et ça, c’est un phénomène de société que l’on ne peut pas contester.
Il est vrai que certains hommes sont passionnés de cuisine ou d’une tâche domestique particulière comme le repassage, mais cela n’empêche pas le fait que la majeure partie des tâches ménagères sont assurées par les femmes qui assurent en plus l’achat des produits d’entretien.

Les femmes s’occupent de tout à la maison

Si on se réfère aux résultats d’une étude menée par François Kraus, le directeur du pôle « genre, sexualités et santé sexuelle », il a été prouvé que les inégalités de genre en matière de répartition des tâches ménagères ne s’amenuisent que très lentement. Si en 1986, les femmes consacraient environ 71% de leur temps quotidien aux tâches domestiques. En 2011, ce taux a diminué de 64%. Ce qui signifie qu’en l’espace de 25 ans, il n’y avait eu que très très peu d’évolution.
En fait, les femmes s’occupent à peu près de tout à la maison, aussi bien du nettoyage de la maison que de la cuisine et des enfants. Elles préparent les repas, balaient le sol, lavent les linges, font les courses, arrosent les plantes, habillent les enfants, nourrissent les animaux domestiques… La seule activité que les hommes effectuent à la maison est le bricolage.

La mutation des modèles familiaux est presque impossible

Contrairement aux idées reçues, l’intégration et la participation des femmes au marché du travail ne permettent pas vraiment une mutation des modèles familiaux. Même si de nombreuses femmes décident de nos jours d’exercer des métiers à temps plein comme les hommes, elles doivent toujours assurer les tâches ménagères dès qu’elles rentrent chez elles.
Et il en va de même pour la mécanisation et l’externalisation des tâches domestiques. Il ne faut pas penser que le fait d’utiliser des machines à la maison ou le fait de recourir aux services d’une femme de ménage ou d’une entreprise de nettoyage peut résoudre ce genre de problème. Ces faits n’ont qu’un impact limité sur la division sexuelle du travail domestique.
Quoi qu’il en soit, François Kraus confirme que le déséquilibre des tâches et des rôles dans un foyer est le symbole de la domination masculine. De nombreuses femmes réclament aujourd’hui leur droit pour que ce genre de problème n’ait plus de graves conséquences sur la vie de couple.