On compte actuellement près de 63 millions d’animaux de compagnie en France, soit un animal domestique par habitant. Si on ne prend pas des mesures, il est fort probable que les villes du futur deviennent une « jungle urbaine ». Chien, chat, rongeur, reptile, … Le type d’animal adopté par les familles est très varié et de nombreuses propriétés ont été aménagées spécialement pour les accueillir, ne citant que les maisons, les appartements et les parcs.
Voici de plus amples informations à ce sujet !

Quelles sont les nuisances et risques liés à la présence de l’animal en ville ?

En prenant par exemple le cas de Toulouse, l’adjointe en charge de l’animal dans la ville, Françoise Roncato, précise que : « Chaque année, Toulouse accueille 8 000 nouveaux habitants. Et 10 à 12% de ces ménages ont un animal de compagnie, souvent un chien ». Cela pour dire que la population canine ne cesse pas d’augmenter dans les grandes villes et qu’il est important de prendre des précautions pour éviter un excès.
Petit rappel quant aux nuisances et risques liés à la présence de l’animal en ville tels que les nuisances sonores et physiques, la question de propreté et les risques sanitaires. De nombreuses personnes se plaignent effectivement des aboiements intempestifs des chiens tandis que d’autres ont peur des chiens méchants et agressifs.
Côté propreté, les déjections canines constituent les premières préoccupations des habitants et des touristes car non seulement elles sont polluantes mais elles sont aussi à l’origine des chutes et donc de fractures et de luxations.
Enfin, certains animaux comme les rats, pigeons et blattes ne doivent pas du tout être domestiqués pour des raisons sanitaires et d’hygiène. Ils peuvent effectivement transmettre des maladies infectieuses tout comme ils peuvent aussi engendrer des allergies.

Comment reconsidérer la présence des animaux en ville ?

En outre, il serait donc essentiel de reconsidérer la présence des animaux en ville, notamment des chiens car ils sont devenus trop nombreux et ils perturbent « l’ordre humain ». D’un côté, il faut réfléchir sur la relation qui existe entre humain et animal et d’un autre, il faut repenser à ce que « vivre ensemble » implique.
Est-il vraiment nécessaire de partager l’espace public avec ces animaux ? Ne faut-il pas limiter le nombre d’animaux domestiques en ville ? … Il va falloir répondre à plusieurs questions avant de pouvoir trouver des solutions efficaces à cet excès d’animaux de compagnie dans beaucoup de villes. Puis, il faut aussi tenir compte des besoins de l’Homme et des besoins des animaux pour ne pas commettre des erreurs.

(Visited 8 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *