Actuellement, l’heure est peut-être au déconfinement, mais le Covid-19 circule toujours. La plupart des gens ont effectivement repris leur travail habituel, les hôtels et restaurants ont ré-ouverts leur porte, les transports en commun sont repartis et la rentrée des classes s’est effectuée depuis maintenant deux semaines.
Toutefois, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires françaises concernant cette pandémie fait état d’environ 395 000 cas confirmés et d’environ 30 000 morts au total. Et hier, on a recensé 7 852 nouveaux cas de contamination et 34 morts. Des chiffres toujours très élevés qui ne donnent pas encore aux professionnels de santé et infirmières l’occasion de se reposer.


Les chiffres et le dernier bilan

Il n’est pas encore possible pour les professionnels de santé d’envisager des temps de relaxation puisque le Covid-19 est toujours là. D’après les statistiques, la France compte sur les 7 derniers jours 2 713 nouvelles hospitalisations dont 479 cas graves en réanimation.
Les départements les plus touchés sont au nombre de 43, ne citant que : Martinique, Guadalupe, Ain, Alpes-Maritimes, Aveyron, Bouches-du-Rhône, Côte d’Or et Corse du Sud. Et ceux qui ont plusieurs malades en réanimation sont l’Ile-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes, les Hauts-de-France et le Grand Est.
Dans l’Ile-de-France par exemple, on compte 2 462 hospitalisés et 10 décès en 24 heures et dans le Grand Est, on dénombre 281 hospitalisés et 1 décès en 24 heures. Dans les Hauts-de-France, on recense 439 hospitalisés et 1 décès en 24 heures et enfin dans l’Auvergne-Rhône-Alpes, on évalue 651 hospitalisés et 3 décès en 24 heures.

« La circulation virale en nette augmentation en France » DGS

Outre les statistiques, l’annonce de la Direction générale de la santé confirme aussi la continuité des travaux des professionnels de santé et infirmières. Celle-ci a justement lancé un avertissement du genre : « La circulation virale est en nette augmentation en France, nous sommes revenus à des niveaux comparables à ceux de la fin de la période du confinement ».
Puis, il a précisé que : « Il est plus que jamais nécessaire de retrouver une discipline collective : le télétravail, la réduction des expositions inutiles et surtout le test au moindre doute, l’isolement automatique en cas de symptômes ou de contact avec un porteur du virus ou une personne malade sont essentiels pour limiter la reprise épidémique ».
En outre, les travailleuses de la santé sont toujours à pied d’œuvre, à l’hôpital comme à la maison. Elles sont en première ligne dans la lutte contre le coronavirus et elles doivent assumer des heures de travail plus longues que d’habitude.

(Visited 8 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *